Information général

Le Comité des Arméniens de Belgique

Le Comité des Arméniens de Belgique s’est formé au début des années 1920. En 1920, à peu près 1000 Arméniens, rescapés du génocide, se sont installés en Belgique et, déjà en 1922, ils créent le Comité des Arméniens de Belgique qui continue son travail jusqu’à nos jours. Le nombre des Arméniens a augmenté considérablement entre les années 1940-1950 atteignant le nombre de 2.500. En 1965, de jeunes Arméniens venus à Bruxelles d’Asie Mineure et d'Asie Centrale pour leurs études ont fondé l’«Organisation des étudiants Arméniens ». Il y eut une autre vague d’immigrés Arméniens de Syrie, du Liban, de Turquie et d’Iran dans les années 1970, ainsi que d’Arménie depuis 1990.

Actuellement, on compte à peu près 20.000 Arméniens résidant en Belgique qui se sont installés majoritairement à Bruxelles et à Anvers, moins nombreux à Gand, Liège et Malines. A coté des avocats, architectes et médecins belgo-arméniens, beaucoup d’autres sont dans le commerce, notamment le commerce de diamant. Ces derniers jouent un rôle important dans les relations commerciales et économiques bélgo-arméniennes. Depuis 1922, le Comité fonctionne en se basant sur les directives internes ratifiées par l’Etat belge. L’organe représentatif des Arméniens de Belgique est l’Assemblée des Arméniens de Belgique.

Eglise

L'Eglise Apostolique Arménienne Ste Marie-Madeleine fut consacrée le 6 mai 1990 à Bruxelles par Vasken 1er, Catholicos de tous les Arméniens, Karékine II, Catholicos des Arméniens de la Grande Maison de Cilicie et l'archevêque Kude Nakachian, prélat de Paris. Le Révérand spiritual de l'Eglise est Père Zadik Avedikian.

L’activité sociale et culturelle

Durant des années, différentes organisations pour la jeunesse et autres comités de bienfaisances, culturels, ont été crées au sein du Comité des Arméniens de Belgique qui poursuivaient le même but : conserver l’identité arménienne.

Sans passer sous silence le rôle de la « Hay tun », le foyer arménien, créé en 1980, où l'on organise des activités de bienfaisances et culturelles, sans oublier les soirées chaleureuses des diners. D’autres organisations et associations restent très actives comme : UGAB, Centre social de « Arpak Mekhitarian », « Association d’amitié Belgique-Arménie », « Union des Femmes Belgo-Arméniennes d’Anvers », « Ardia » « Arax », « Hayk », « Progrès », « Leon Chant », « Union des Démocrates », « AJAB », « Nuard », etc...

L’organisation locale, le FRA, le premier des Partis nationaux, a été créé en juin 1997. Quelques associations culturelles et sportives fonctionnent sous sa protection. A partir de 1998, le Comité de Défense de la Cause arménienne a commencé son travail en collaboration avec le Comité de Défense de la Cause arménienne de France.

Actuellement, on compte 16 établissements d’enseignements arméniens en Belgique, qui dépendent soit des Partis traditionnels ou des associations culturelles, soit sont complètement indépendants.

Différentes années à Bruxelles et à Anvers, des périodiques tels que « Lragir », « Mode arménienne », « Science et connaissance » ont vu le jour. Depuis 1978, le mensuel « Hay » est édité majoritairement en français.

MAE RA
Site officiel
Double
citoyenneté
Visa
électronique
Catégories
de visa